téléchargement (3).jpg

LES INSCRIPTIONS AUX ATELIERS DEMARRENT LE LUNDI 18 SEPTEMBRE 2017 

        Fotolia_39990729_Subscription_XXL.jpgCONTACTEZ CAROLINE (06 50 32 79 17) OU KAREN (06 50 38 73 99) POUR PRENDRE RENDEZ-VOUS

Les ateliers démarreront après les vacances de la Toussaint (à partir du lundi 6 novembre)

 

20170915155057_00001.jpg20170915155057_00002.jpg

 

Devenez animateur-trice du PROgramme de Développement Affectif et Social

(PRODAS)

 

Formation PRODAS du 5 au 9 mars 2018

 

Présentation du Prodas

 

L’état civil du programme :

Le PRODAS a été élaboré et conçu au cours des années 80 par des chercheurs en psychologie à l’institut Québécois du développement humain - Harold Bessel, Géraldine Ball et Uvaldo Palomarès.

Il est né d’un travail commun entre plusieurs laboratoires de recherches cliniques et expérimentales comme l'ARIP (Association pour la recherche et l'intervention psychosociologique), et s’appuie notamment sur les travaux de Thomas Gordon, John Holt et Carl Rogers.

Ce programme résulte d’un constat réalisé par un laboratoire de recherche qui s’est un jour posé la question suivante :

« Qui sont les personnes qui consultent aujourd’hui des thérapeutes, toutes tendances confondues et pourquoi ? »

La plupart des patients en psychothérapie sont d’âges moyens, issus de la classe moyenne, mariés et généralement plutôt instruits. Ils assurent assez bien leurs rôles de travailleurs, de parents et de citoyens.

Ces personnes se trouvent un jour dans le bureau d’un psy pour une raison plutôt commune qui tient à une grande amertume concernant la qualité de leur vie.

Ils recherchent ainsi l'aide d'un thérapeute professionnel parce que leur déception est devenue insupportable.

Or, la vie des personnes qui consultent est très complexe : elles ont acquis une foule d'habitudes, de présomptions et de réponses forgées dans le temps, durcies avec les pressions de la compétition sociale et avec leurs responsabilités d'adultes.

Pour ces personnes, la thérapie est une expérience pénible, coûteuse, prolongée et rarement réussie.

C'est aussi une expérience douloureuse et frustrante du côté des thérapeutes.

Cette enquête menée auprès des patients en thérapie, et auprès naturellement de leur thérapeutes à montré que tous les patients en thérapie présentaient des déficiences fondamentales de trois ordres : - Ils ne sont pas vraiment conscients des motifs qui influencent leur comportement,

- Ils manquent de confiance véritable et continue en eux-mêmes en tant que personne à part entière.

- Ils ne comprennent qu'obscurément pourquoi et comment les humains réagissent les uns aux autres.

Autrement dit, ces personnes manquent de conscience de soi, de confiance en soi et de compréhension interpersonnelle.

Ainsi, nous dit Harold Bessel, ces adultes responsables se posent à chaque acte de leur vie symboliquement trois questions :

  • - serais-je blessé? (oui),
  • - Vais-je échouer? (oui),
  • - serais-je accepté? (non).

Or ces questios sont absolument naturelles et universelles chez tout le monde. La seule différence, nous disent les concepteurs du programme Prodas, c’est que nous nous posons ces questions dès l’enfance, mais les réponses pessimistes en revanche ne sont pas naturelles. En allant un peu plus loin, ces mêmes chercheurs se sont demandés quand, comment et pourquoi à ces questions symboliques – vous avez bien compris que l’on ne se les pose pas en tant que telles – on apportait une réponse pessimiste.

Eh bien ils se sont rendus compte que les enfants de 3,4,5 ans – qui ont accédé au langage – non seulement se posent ces questions, mais ne répondent pas spontanément par la négative. Ca règle la question du « quand ».

La question du « comment ?» eh bien, nous disent ces chercheurs, vers l’âge de 6 ans on a déjà commencé un processus psychique lié directement à l’éducation que l’on reçoit et à notre fonctionnement mental qui nous pousse à élaborer ces réponses.

La questions du « pourquoi » : soit à cause d’expériences négatives, ce qui est le cas de certains d’entre nous, soit et c’est le cas le plus fréquent , à cause de l’absence flagrante d'orientation adéquate et sympathique de la part d'un adulte.

Ainsi, ces chercheurs se sont dit : pour éviter plus tard de retrouver beaucoup de ces jeunes en thérapie, pourrions nous mettre en place des mesures préventives efficaces à grande échelle qui permettrait d’assurer un développement affectif sain et normal.

Après tout, on nous apprend à nous nourrir de manière saine et équilibrée dès l’enfance afin d’assurer un développement physique sain de l’enfant. 

Dès lors, un programme préventif adéquat doit porter sur ce que l’on appelle les trois facteurs principaux de l’expérience humaine et du développement humain :

  • - La conscience (connaître vraiment mes sentiments, mes pensées et mes actions)
  • - La réalisation (reconnaître mes compétences et savoir comment les utiliser)
  • - L'interaction sociale (connaître les autres et savoir comment entrer en contact avec eux)

Aujourd'hui de nombreux enseignants ont conscience de leur rôle à jouer dans le développement des compétences sociales et affectives des enfants. La plupart des programmes en éducation pour la santé en direction des jeunes sont des programmes destinés à développer les compétences dites "psychosociales" des jeunes.

Simplement les techniques et outils sont dispensés, utilisés et mis en œuvre la plupart du temps au hasard, sans réelle réflexion préalable, et généralement lorsque les jeunes ont déjà fait part de difficultés.

Il est donc important de ne pas laisser au hasard le domaine du développement social et affectif de la compréhension de soi et des autres.

Présentation du programme

A partir de cette volonté, des expériences pilotes ont été menées dans des établissements scolaires volontaires, avec un succès grandissant. Un guide pratique émergea de ces premières recherches auprès des enfants de 4 ans environ. Une approche par thème y est développée : avec un travail sur chacun des trois aspects du programme par bloc de 6 semaines. Les conclusions des ces expériences :

  • - nous pouvons maintenir l'attention des enfants beaucoup plus longtemps lorsque nous les écoutons que lorsque nous leur parlons.
  • - Chaque enfant parle. Notamment dans le cadre de ce programme des enfants "muets" se sont soudainement mis à parler.

En résumé, au cours de ces années d'expérimentation est née une théorie détaillée du développement affectif et social, des guides pratiques synthétisant les expériences et exercices éprouvés et valables pour accroître le potentiel des enfants.

Durant les années 80 des dizaines de milliers d'éducateurs ont suivi des stages PRODAS. Une évaluation a été menée vers la fin des années 90 au Canada qui a montré plusieurs résultats :

  • - diminution des problèmes de disciplines
  • - baisse de l'absentéisme
  • - plus grande implication et participation
  • - motivation et confiance en soi accrues
  • - comportements plus constructifs en classe et dans la cour de récréation.

Ce programme a voyagé jusqu'en France où il fait son chemin. Pas très loin, l'espace Santé Jeunes de Salon-de-provence l'a mis en œuvre avec des résultats positifs, même s'il n'a pu être mis en œuvre dans les règles de l'art.

 

 

Principes de base du PRODAS

 

Le programme PRODAS veut permettre aux jeunes de "s'impliquer positivement dans le développement de leur efficience personnelle, de leur confiance en eux-mêmes et de leur compréhension des causes et des effets régissant les relations interpersonnelles".

 

C'est un programme préventif conçu pour aider les jeunes à se comprendre et se respecter eux-mêmes pour ensuite comprendre et respecter les autres.

Il est fondé sur 3 postulats :

  • - Toute personne a en elle-même une valeur humaine intrinsèque
  • - Toute personne a le droit à l'autonomie
  • - Toute personne a besoin et a le droit de se sentir acceptée et aimée

Si nous croyons sincèrement en la valeur personnelle de tout être humain, cette attitude se manifestera dans nos contacts avec les autres.

Pour respecter le droit du jeune à l'autonomie, nous donnons, en tant qu'animateurs, l'occasion à chacun de s'exprimer et de s'affirmer. Lorsqu'il en manifeste le besoin, nous l'aidons à atteindre le but qu'il s'est lui même fixé. Participer à un Prodas c'est vivre une expérience "d'autodétermination". Chaque participant choisit librement comment et à quel degré d'intensité il s'implique à l'intérieur de chaque séance.

Le troisième postulat implique que nous écoutons les jeunes lorsqu'ils expriment leurs sentiments et communiquent leurs pensées. Nous les aidons aussi à s'écouter les uns les autres.

L'ensemble du programme repose sur le principe que chaque individu a essentiellement besoin de communiquer verbalement avec les autres, s'il veut améliorer et conserver sa santé mentale et son bien être personnel.

La pédagogie du programme s'appuie donc sur les besoins fondamentaux de se réaliser, d'être accepté et aimé.

 

 

Programme de formation en téléchargement ici